Conjux - Conjux 2-3

Country/Area

Community

Conjux

Place name

Conjux 2-3

Type of site

Pile Dwelling Site (PD / S3)

Last edited by

admin

Last update

Thu, 02/19/2015 - 17:17

Responsible for site

Colette LAROCHE
chargée du suivi scientifique et technique du Bien.
SRA DRAC Rhône-Alpes
Le Grenier d'Abondance
6 quai Saint-Vincent
69283 LYON cedex 01
Tel : +33 1 04 72 00 44 90
colette.laroche@culture.gouv.fr

Administrative contact

Direction régionale des affaires culturelles de Rhône-Alpes quai Saint-Vincent F - 69283 Lyon Cedex 01
Extension (ha): 
0,15
Height above sea level (m): 
228,00

Map of pile dwelling sites

Dating text

see French version (no translation available). / Les horizons du Néolithique final sont datés par le radiocarbone de 3760±60 BP, soit –2455–2030 cal. BC pour les fumiers supérieurs (Gif. 6770) et de 4250±70 BP, soit –3040–2615 cal. BC pour les fumiers inférieurs (Gif. 6771). Des abattages sont proposées par la dendrochronologie : vers –2525, vers –2442, certaine en –2440, estimées entre –2436 et –2427. Pour l’âge du Bronze final, des abattages sont mis en évidence en –1054 et vers –1049, en cohérence avec les mobiliers céramiques découverts qui appartiennent à la phase moyenne du Bronze final alpin (Marguet et al. 1995, p. 192-193).

Description

see French version (no translation available). / En 1999, les prospections subaquatiques réalisées par le DRASSM lors de la carte archéologique des sites immergés a permis de faire des observations complémentaires sur les gisements Bronze final et Néolithique final de Conjux/La Chatière (Conjux 2-3), repérés par carottages en 1975 (Castel 1983, p. 67-96) puis très localement évalués par le CNRAS, en 1983/84. Ces premiers diagnostics avaient mis au jour, dans un sondage de 4 m², une importante séquence stratigraphique du Néolithique final (90 cm d'épaisseur en 3 ensembles de fumiers séparés par 2 petits horizons limoneux). Ces niveaux organiques sont riches en mobiliers caractéristiques où dominent les influences culturelles du Jura français (Chalain) et du Plateau suisse (Yverdon et Auvernier). Ils sont datés par le radiocarbone (3760±60 BP, soit –2455–2030 cal. BC et 4250±70 BP, soit –3040–2615 cal. BC). Des phases d'abattage sont proposées par la dendrochronologie (vers –2525, vers –2442, en –2440, estimées entre –2436 et –2427). Pour la phase moyenne du Bronze final alpin, des abattages dendrochronologiques sont mis en évidence en –1054 et vers –1049 (Marguet et al. 1995, p. 192-193). L'exploitation sédimentologique et palynologique de cinq carottes et d'un bloc sédimentaire est à l'origine de l'établissement d'un schéma des fluctuations du lac du Bourget qui couvre, sur près de deux millénaires (Magny 1991, p. 417-455). La courte intervention de 1999 a été l’occasion de procéder au levé d’un profil bathymétrique de la beine et d’appréhender, par de nouveaux carottages, la délimitation des emprises archéologiques. Sur la plate-forme aujourd'hui consacrée à la plage municipale, les pilotis ne sont pas visibles à cause des limons sableux qui occupent toute la baie (Conjux 2 : profondeur –3,2 m ; Conjux 3 : profondeur –4,1 m). Douze points de carottage, équidistants de 10 m, ont été positionnés de part et d'autre de l'ancien sondage (50 m vers la rive et 50 m vers le large). La description des sédiments prélevés montre que les niveaux anthropiques sont encore préservés sur une cinquantaine de mètres de large (latéralement, les limites du site ne sont pas encore connues, d’autres évaluations sont encore à réaliser).

Bibliography comment

Compilation dans Marguet et al. 1995, 167-196 ; Magny, Richard 1985, 253-277 ; Wolf 1993 ; Rey 1999 ; Marguet 2002, 117-137 ; Marguet 2003, 116-118 ; Marguet 2004, 113-125 ; Marguet, Rey 2007, 335-362.