Saint-Jorioz - Les Marais

Country/Area

Community

Saint-Jorioz

Place name

Les Marais

Type of site

UNESCO-World Heritage Site (WH / S1)

Last edited by

admin

Last update

Thu, 02/19/2015 - 17:15

Responsible for site

Colette LAROCHE
chargée du suivi scientifique et technique du Bien.
SRA DRAC Rhône-Alpes
Le Grenier d'Abondance
6 quai Saint-Vincent
69283 LYON cedex 01
Tel : (33) 1 04 72 00 44 90
colette.laroche@culture.gouv.fr

Administrative contact

Direction régionale des affaires culturelles de Rhône-Alpes quai Saint-Vincent F - 69283 Lyon Cedex 01

Dating

Years BC

Extension (ha): 
0,49
Height above sea level (m): 
444,00

Map of pile dwelling sites

Dating text

Ce site est le plus ancien du lac d’Annecy à contenir un niveau archéologique conservé. Des dates dendrochronologiques montrent des abattages entre les années –3791 et –3783. Les mobiliers lithiques et céramiques du Néolithique moyen suggèrent des influences chasséennes, de la moyenne vallée du Rhône et des caractères Cortaillod minoritaires ; ils nous permettent de situer culturellement les lacs savoyards dans les aires culturelles du Jura et du Plateau suisse. / Ce site est le plus ancien du lac d’Annecy à contenir un niveau archéologique conservé. Des dates dendrochronologiques montrent des abattages entre les années –3791 et –3783. Les mobiliers lithiques et céramiques du Néolithique moyen suggèrent des influences chasséennes, de la moyenne vallée du Rhône et des caractères Cortaillod minoritaires ; ils nous permettent de situer culturellement les lacs savoyards dans les aires culturelles du Jura et du Plateau suisse.

Description

Découvert en juin 1989 à l'occasion d'une étude d'impact préalable à un projet de restructuration du littoral communal, le gisement a fait l'objet de prospections subaquatiques par le CNRAS, de décembre 1990 à janvier 1991, de mai à juillet 1992 puis en juin/juillet 1994 (Marguet 1995). Les premières investigations avaient permis le rattachement cadastral du gisement, le positionnement topographique de 706 pieux sur environ 1172 m² et l'évaluation du contexte stratigraphique par des carottages. En 1994, la troisième campagne de prospection a complété le plan des pilotis dans les franges nord-ouest de l'habitat et de poursuivre les relevés topographiques sur plus de 1400 m². Au début de l'année 2001, les vestiges ont été survolés lors de l'élaboration de la carte archéologique menée par le DRASSM (Marguet 2002). Pour la première fois au lac d’Annecy, la mise en évidence, dans la partie centrale du gisement, d'un petit niveau organique préservé de l'érosion et contenant des débris végétaux, des restes de faune, des mobiliers archéologiques attribués typologiquement à la période du Néolithique moyen (haches et herminettes en roches vertes, lamelles en silex, broyeurs et percuteurs, flotteur de filet en bois, fragments de jarres à profils sinueux et à petits tétons sous la lèvre, etc.) avait permis d'affirmer l'importance du gisement pour notre connaissance des occupations littorales du Néolithique moyen des Alpes françaises du Nord (Marguet 1995). Malgré la rareté des chênes, l'analyse de plusieurs dizaines d'échantillons a abouti à la datation des vestiges par le radiocarbone (1ère moitié du IVè millénaire av. J.-C.) et par la dendrochronologie (phases d'abattage entre les années -3794 et -3783). La délimitation des emprises archéologiques, repérées sur une bande de 165 m de long et 30 m de large parallèle au rivage (superficie 4950 m²), a été précisée par 7 profils bathymétriques de la plate-forme lacustre. Les études sédimentologiques et palynologiques de plusieurs nouveaux carottages permettent la reconstitution de l'environnement de cette installation littorale( Magny et al. 2001 ; Magny et al. 2005 ; Magny et al. 2007). / Découvert en juin 1989 à l'occasion d'une étude d'impact préalable à un projet de restructuration du littoral communal, le gisement a fait l'objet de prospections subaquatiques par le CNRAS, de décembre 1990 à janvier 1991, de mai à juillet 1992 puis en juin/juillet 1994 (Marguet 1995). Les premières investigations avaient permis le rattachement cadastral du gisement, le positionnement topographique de 706 pieux sur environ 1172 m² et l'évaluation du contexte stratigraphique par des carottages. En 1994, la troisième campagne de prospection a complété le plan des pilotis dans les franges nord-ouest de l'habitat et de poursuivre les relevés topographiques sur plus de 1400 m². Au début de l'année 2001, les vestiges ont été survolés lors de l'élaboration de la carte archéologique menée par le DRASSM (Marguet 2002). Pour la première fois au lac d’Annecy, la mise en évidence, dans la partie centrale du gisement, d'un petit niveau organique préservé de l'érosion et contenant des débris végétaux, des restes de faune, des mobiliers archéologiques attribués typologiquement à la période du Néolithique moyen (haches et herminettes en roches vertes, lamelles en silex, broyeurs et percuteurs, flotteur de filet en bois, fragments de jarres à profils sinueux et à petits tétons sous la lèvre, etc.) avait permis d'affirmer l'importance du gisement pour notre connaissance des occupations littorales du Néolithique moyen des Alpes françaises du Nord (Marguet 1995). Malgré la rareté des chênes, l'analyse de plusieurs dizaines d'échantillons a abouti à la datation des vestiges par le radiocarbone (1ère moitié du IVè millénaire av. J.-C.) et par la dendrochronologie (phases d'abattage entre les années -3794 et -3783). La délimitation des emprises archéologiques, repérées sur une bande de 165 m de long et 30 m de large parallèle au rivage (superficie 4950 m²), a été précisée par 7 profils bathymétriques de la plate-forme lacustre. Les études sédimentologiques et palynologiques de plusieurs nouveaux carottages permettent la reconstitution de l'environnement de cette installation littorale( Magny et al. 2001 ; Magny et al. 2005 ; Magny et al. 2007).

Bibliography comment

Revon 1878, 28-30 ; Bocquet, Laurent 1976, 139-145 ; Marguet 1995, 113-114 ; Marguet 1996, 112-115 ; Marguet et al. 1995, 167-196 ; Bertrandy et al. 1999 ; Marguet 2002, 116-130 ; Marguet 2003, 119-125 ; Billaud, Marguet 2006, 98-109. Etudes archéologiques et environnementales : Marguet et al. 1995, 167-196 ; Magny et al. 2001, 215-227 ; Thirault 2004 ; Magny et al. 2005, 133-142 ; Magny et al. 2007, 13-28 ; Marguet, Rey 2007, 335-362 ; Marguet et al. 2008, 225-252.